2022_23 Programme pédagogique 





Thierry Boutonnier arrosant le centre de la terre_2022_Photo© Clément Desforges


Le programme de l’année 2022_23 organise des débats sur le dialogue entre la terre et l’eau.

Les journées d’études initient des réflexions liées aux questions des ressources naturelles et de l’artificialisation du monde et autour de la thématique “Environnement et biopolitique”.
Cette année, le groupe pédagogique et les étudiants vont échanger, se documenter et réfléchir à notre rapport à l’eau et à la terre. Ce dialogue terre-eau est le fil conducteur des réflexions de travail développées selon des ambitions politiques, sociétales, poétiques, artistiques, environnementales…

Dire que l'eau est essentiel à la vie est une évidence, elle nous entoure et nous rempli.
Dans le domaine de la création elle est de tout les médiums. Pourtant elle est souvent mal traité, contrainte, souillé.
La prise de conscience des limites de cette ressource amène depuis des années les pouvoirs publiques et les chercheurs, mais aussi les créateurs à la penser au delà de son exploitation. Comment l'accompagner et la gérer ? Voire la préserver en la transformant en une personnalité juridique à défendre.

"Chacune à leur manière, les civilisations sont des civilisations de l’eau, rare ou abondante : liquide dans les grands bassins fluviaux, de glace dans les terres australes ou de vapeur dans les déserts. Tels ces « jardins de Babylone » situés entre deux fleuves (en grec, mesos potamos).
Dans l’entente de l’humain avec son milieu naissent des cultures d’une richesse poétique et symbolique inouïe. Autour des puits, on se ressource ou on se déchire. Cette entente peut être malmenée par une culture extractiviste de l’eau qui oublie la source sous la ressource, puisant jusqu’à épuisement pour l’acheminer par pipelines, desséchant les grands lacs, exténuant les nappes phréatiques, asséchant le moindre cours d’eau, accélérant aridité et sécheresse. La mort rôde. L’eau réaffirme alors sa dimension très matérielle et très métaphysique."
Jean-Philippe Pierron, philosophe _ Extrait du journal 1


Programme des journées d’études à Mulhouse les 6 et 7 octobre 2022, à la maison de la région au 4 avenue du Général Leclerc, 68100 Mulhouse.
Les étudiants de l’UHA master ESS sont invités à ces deux journées.  

Jeudi 6 octobre, matin
Accueil des étudiants de la Hear à 9 h, présentation des journées d’études.
Accueil des étudiants de l’UHA à 10 h, option Economie Sociale et Solidaire, présentation du programme global de Nomade.

Jeudi 6 octobre, conférence à 14h
Laurent Royon, professeur de physique
Laurent Royon est professeur de physique à l'Université Paris Diderot, et responsable de l'équipe CEMU du laboratoire LIED (UMR 8236 CNRS). Il a publié plus de 50 publications dans des revues internationales (PRE, Soft Matter, Langmuir…), 2 brevets… Ses intérêts de recherche portent sur les processus de transfert de chaleur et de masse avec changements de phase, la physique des fluides, la rhéologie, la matière molle, les phénomènes de mouillage et de capillarité, le streaming acoustique.
De 2014 à 2017, il a été le coordinateur du projet « Eau Douce ».

Jeudi 6 octobre, conférence à 16h, en visioconférence
Alban Cairault, hydrobiologiste au Parc Naturel des Vosges du Nord
Alban Cairault est hydrobiologiste et depuis 2015, il arpente les fonds de nos vallées pour identifier les points de mesure de débit et de qualité des eaux les plus à même d’assurer un suivi efficace de l’évolution de nos cours d’eau. Le constat est parfois décevant. Des siècles d’artificialisation et de rejets chimiques de toute nature ont grandement endommagé une nature qui peut sembler parfois idyllique. Les cours d’eaux et zones humides sont le réceptacle ultime de ces activités humaines si peu respectueuses de leur environnement. Mais la reconquête est engagée. Elle passe d’abord par la mise en place d’un réseau d’observation avec 31 stations de référence et de suivi pour mesurer régulièrement la qualité de l’habitat liquide, l’eau en elle-même, de l’habitat physique, les sédiments qui composent les lits mineurs et de la biologie, la faune et la flore.

Vendredi 7 octobre, conférence à 9h
Sara Fernandez, chercheuse sur l’eau à Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea).
Sara étudie les relations entre savoirs, techniques et gestion de l'eau, des mécanismes de commensuration (indicateurs, évaluations économiques...), des régimes et des situations de gestion, de l'adaptation au changement climatique, des approches de la prospective.
Elle viendra nous parler des grands changements de paradigme sur la gestion de l’eau et comment l’eau est gérée dans notre monde néo-libéral.

Vendredi 7 octobre, conférence à 11h
Geoffrey Dorne, designer indépendant et engagé
Geoffrey Dorne viendra nous présenter et nous parler tant de son livre «  Hacker-Protester » et de son approche du design au sein de son atelier Design & Human. Il travaille avec des ONG, des associations, des entreprises et le secteur public sur des projets de design graphique, d’identité, de communication mais aussi de design numérique, d’interface, d’expérience, des projets d’innovation low-tech et no-tech. Design & Human s’accorde а faire du design un outil d’émancipation, de résilience, de liberté et d’indépendance. Il refuse toute proposition de projets allant а l’encontre de ces valeurs.

Vendredi 7 octobre, conférence à 14h
Rémi Buscot, designer de territoires en transitions
Architecte de formation, il travaille sur les territoires en transition à travers les questions de la participation, des pratiques collectives et des récits. Il voit ses projets comme une opportunité de créer des changements sociaux et de questionner les futurs qui s’offrent à nous. Son travail se veut comme une porte ouverte vers de nouvelles utopies collectives. "Ma pratique vise à faire évoluer les territoires et les formes d’organisations humaines face aux défis écologiques et sociétiaux de notre époque. Je m’intéresse particulièrement aux questions de l’aménagement du territoire et l’évolution des modes de vie et des récits désirables face à l’anthropocène."

Vendredi 7 octobre, après midi
Echange et restitution des deux journées avec Didier Kiefer, Bertrand Lemonnier et Nathalia Moutinho.



Un voyage, reportage auprès de l’IEAC s’organise en janvier.

Un reportage est programmé du 31 janvier au 02 février 2023 à l’Institut européen des arts céramiques au 10, rue Jules Grosjean à 68500 GUEBWILLER.
Ce reportage s’organise avec 4 jours dans les locaux de l’IEAC de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h.
Et un epartie du temps se passera en extérieur avec la construction et la cuisson d’un four bois. 

Une conférence de Camille Schpilberg, céramiste, est programmée.
Camille est formatrice référente à l’IEAC et co-fondatrice du collectif FAIRE Argile



Les JEUDIS MATIN NOMADE sont des cours obligatoires
Les cours obligatoires se déroulent tous les jeudis matin.
Ces cours permettent aux étudiants de construire leur emploi du temps en cohérence avec leurs objectifs plastiques et théoriques, et peuvent être l'occasion de rencontre avec des intervenants extérieurs.

Visite de l’écluse à Kembs-Niffer, le 3 novembre 2022.
Les deux bâtiments, tour de contrôle et bâtiment administratif, ont été construits en 1961 par l’architecte Le Corbusier. Edifiée au point de raccordement du canal du Rhône sur le canal du Rhin, l’écluse de Kembs-Niffer permet aux bateaux du Rhin de passer sur le Rhône. Constituée de béton et de vitres, la tour abrite le poste de l'éclusier tandis que le bâtiment administratif est réservé aux bureaux des douanes et de la navigation.

Conférence de Jean Christophe Bailly le jeudi 1er décembre 2022.

Conférence de Francesca Cozzolino, le 12 janvier 2023.
« Design et développement rural. Comment relier les pratiques d'agriculture traditionnelle et culture du projet au Mexique »
Francesca Cozzolino, enseignante de sciences humaines et sociales à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris.


Conférence de Sébastien Heim le jeudi 2 mars 2023.
Sébastien Heim pense le monde pour les vivants et particulièrement les non-humains. Il viendra nous parler des milieux humides.



Cycle RSE et ESS en images 2022-2023, programmation cinématographique
Les projections-débats auront lieu à la fonderie en amphi 4 (rdc , amphi du fond à gauche)
les mercredis soirs de 17h à 20h à la fonderie à partir du mercredi 28 septembre.
28 septembre : Ma mondialisation (Simon Hupfel)
12 octobre : Food Coop (Simon Hupfel)
19 octobre : Sacrée croissance ! (Marion Rabier)
26 octobre : Femmes précaires (Marion Rabier)
9 novembre : Le cauchemar de Darwin (Stéphane Latté)
16 novembre : LIP, l’imagination au pouvoir (Jean-François Havard)
23 novembre : Qu’est-ce qu’on attend ? (Olivier Quéré)



Des cours sont partagés aves les étudiants en master d’économie sociale et solidaire, à suivre à l’UHA :
- Histoire des idées sociales, Jean-François Havard :
tous les mardis de 10 à 13h, du 27/09 au 18/10 inclus, en salle RG113 (1er étage, couloir de gauche)
1er cours : le mardi 27 septembre de 10h à 13h
2eme cours : le mardi 4 octobre de 10h à 13h
3eme cours : le mardi 11 octobre de 10h à 13h
4eme cours : le mardi 18 octobre de 10h à 13h
5eme cours : le mardi 25 octobre de 10 à 12h.

- Economie écologique, J. Vastenaekels :
le lundi 14 novembre de 14h à 17h30 en salle RG122,
le mardi 15 novembre de 8h30 à 12h30 en RD102,
le lundi 28 novembre de 14h à 17h30 en RG122
le mardi 29 novembre de 8h30 à 12h en RD108.




Restitution pédagogique, les attendus pédagogique 
La professionnalisation fait partie intégrante du programme pédagogique en favorisant la création de tiers lieux pour l’expérimentation au sein desquels les projets se construisent dans un espace, un lieu, un territoire avec la connaissance de tout ce qui le compose (habitat, agriculture, biodiversité…).
Les étudiants auront pour objectif de raconter de nouveaux récits prônant la diversité, la pluralité en intégrant leurs projets, dans le champ de l’art et du design, comme ancré dans le quotidien et en dehors de tout spectacle.
Cette restitution de projet, de travail, d’expérimentation, de reportages... est programmée le jeudi 9 février 2023, ces évaluation sont exigées en binôme. Ce rendez-vous aura lieu en dehors de l’école dans des espaces choisi et défini par les étudiants.
La question de l’édition, présentation et monstration des travaux dans un contexte de vie est exigé. 



Un jardin à la Hear
Afin de penser autrement la place des humains dans son rapport au vivant, enseignants et étudiants de l’école sont à l’initiative de la constitution d’une association proposant d’investir le jardin de la HEAR Mulhouse en espace de culture.

Le jardin, devient espace d’étude et de recherches à différents groupes de travail notamment pour les étudiants du parcours Nomade. Il est un lieu d’expérimentation, un espace pluriel entre jardin et potager pour tous projets s’engageant sur l’ouverture d’une pratique « d’atelier jardin » comme de « jardin atelier ». Un espace de partage, de solidarité, de monstrations/expositions de formes artistiques diverses mais aussi un lieu d’observation, d’inspiration et de contemplation.

Une « transition » dans les champs de l’art et du design pour stimuler notre rapport entre nature et culture avec pour ambition de le transplanter en paysage culturel :
Introduire une autre philosophie du vivant à partir de la pratique d’un jardin en permaculture (concept systémique et global visant à créer des écosystèmes) jouxtant le bâtiment de l’école en favorisant une réflexion sur l’espace, l’acquisition d’outils techniques de pratique et d’outils conceptuels croisant la botanique et la philosophie.
Via le jardin, développer un imaginaire, une intention créatrice en parallèle d’une capacité à produire de la nourriture, à maîtriser les besoins en eau, en habitat, en énergie pour  respecter la logique du vivant. Cela en ayant pour objectif ce que l’on pourrait nommer « l’autonomie première » d’une personne. Au fil des saisons s’émerveiller d’une « écologie positive » qui cultive son jardin pour ensuite « politiser l’émerveillement » et en faire un vecteur de luttes concrètes défendant une biodiversité contre tout ce qui la dévitalise, à savoir essentiellement un système économique néo-libéral.



Récapitulatif